Contactez-nous

ACTU DANS LES REGIONS TOUCHEES PAR LE MOUSTIQUE - A Montauban, la guerre aux moustiques est déclarée, le canon pulvérise

Publié le 09/07/2015

ACTU DANS LES REGIONS TOUCHEES PAR LE MOUSTIQUE - A Montauban, la guerre aux moustiques est déclarée, le canon pulvérise

Chaque été, ils reviennent empoisonner nos soirées… les moustiques. Et chaque été, les services d'hygiène mènent leur petit combat pour la démoustication. La ville fait appel à une entreprise, Diamco chimie, qui intervient trois fois par an : en juin, juillet et septembre. L'intervention a lieu en ce moment même, toute la semaine au fil de 450 km de voiries sur les 600 que totalise la commune, les jardins et la quarantaine de bassins de rétention.

Chemin de Capou... C'est pick-up immanquable que vous avez peut-être déjà croisé en vous demandant ce que c'était ! Équipé d'un super-canon pulvérisateur, le véhicule sillonne Montauban pour éliminer les larves de moustiques. Même si la ville et le département sont au “niveau 0”, c'est-à-dire au risque le plus bas, mieux vaut prévenir que guérir. Jérôme Estieu conduit le véhicule et commande avec une manette le robot ainsi que son canon à l'arrière. Le pulvérisateur envoie un insecticide bio mélangé à de l'eau qui détruit les larves.

Le technicien démoustique depuis une vingtaine d'années; il parcourt les moindres recoins de la ville depuis cinq ans sans GPS, mais carte à portée de main : «Au début, c'était difficile je me perdais, je cherchais ma route, maintenant je me repère facilement avec les panneaux blancs des rues, je sais que je sors de la ville quand ils changent de couleurs» sourit-il.

Aprés Bas-pays, Capou, Saint-Hilaire, aujourd'hui ce sera Falguières, et Birac s'il a encore le temps : «Je circule à 15-20 km/h et je fais les deux côtés d'une rue».

L'œil affûté par l'expérience, Jérôme Estieu repère vite les zones à traiter : «Même si les fossés sont un peu secs, comme aujourd'hui avec ces chaleurs, s'il y a des roseaux, des joncs ou des herbes hautes, c'est qu'il y a de l'eau et donc potentiellement des larves.» explique-t-il.

<> «100% de démoustication ça n'existe pas !»

Il aime son travail pour le contact avec les gens, souvent interpellés par le véhicule et son canon. Ils lui posent des questions et s'intéressent à son métier. «Mais parfois les gens viennent aussi râler et déplorent le nombre de moustiques chez eux alors je leur explique que 100 % de démoustication ça n'existe pas ! Il reste des lacs ou des bassins qui appartiennent aux particuliers et s'ils ne les traitent pas, tout le voisinage en souffre.»

Quand il n'est pas au volant de son pick-up, Jérôme Estieu intervient avec un collègue dans des zones inaccessibles. Il se protège alors avec une combinaison, un masque et des gants et à l'aide d'une lance il pulvérise les zones humides.On les croisera certainement cette semaine au Jardin des plantes ou à la coulée verte. Et il ne cessera de le répéter : «le produit n'est pas dangereux.» La dernière vague de démoustication aura lieu début septembre en fonction de la météo. «Mais nous pouvons encore intervenir après de gros orages cet été» rajoute-t-il.

Castelsarrasin, Montauban, Montpezat-de-Quercy et Saint Nicolas-de-la-Grave, ces quatre communes possèdent des pièges témoins pour surveiller le moustique tigre et suivre son évolution sur le territoire. Ces pièges pondoirs (lieu de ponte) sont relevés une fois par mois d'avril à novembre. La surveillance est organisée par l'Entente interdépartementale de démoustication (EID) située à Montpellier, viennent ensuite l'Agence régionale de santé et les services d'hygiène et de santé des communes.

De nombreux sites internets proposent aussi des cartes et les derniers bulletins d'information, par exemple celui de l'EID-Méd, particulièrement intéressant.

Des sites internet proposent même de consulter des alertes… lancées par les particuliers, chacun peut ainsi «déclarer un cas» : la localisation, l'espèce de moustique, les types de piqûres et laisser un commentaire sur son expérience comme sur signalement-moustique.fr, une participation citoyenne très appréciée par les entomologistes qui les aide à suivre l'évolution du moustique tigre sur le territoire. L'EID Atlantique a même lancé une application pour smartphone «IMoustiques» pour permettre de signaler un moustique photo à l'appui ! Les particuliers peuvent aussi envoyer «leur» moustique au service d'hygiène et de santé de Montauban : «Certaine personne nous ramène un moustique qu'ils ont trouvé déjà mort ou alors qu'ils ont tué, nous le conditionnons et l'envoyons ensuite pour analyse à l'EID à Montpellier. Mais attention il ne faut pas totalement l'écraser et pas de panique, ce n'est pas parce qu'ils ont des rayures que ce sont des moustiques tigres !» prévient Marie-Bérengère Laporte, la responsable du service d'hygiène et de santé de la ville, bref n'abusez pas de ce service !

 

<> Conseils: les bons gestes

Le moustique se développe en quatre étapes : œuf, larve, nymphe et adulte. Les larves ont besoin d'eau stagnante pour se développer. Pour éviter de se retrouver envahi de moustiques, il faut donc éliminer les endroits où l'eau peut stagner :

- Videz régulièrement les coupelles sous les pots de fleurs ou les vases
- Mettre à l'abri de la pluie ou évitez les sceaux, matériel de jardin, récipients divers
- Bidons de récupération d'eau : recouvrez-les à l'aide d'un filet moustiquaire ou de tissu
- Bassin d'agrément : introduisez des poissons, ils mangeront les larves.

<> Et pour éviter de se faire piquer…

Nous ne pouvons pas installer des moustiquaires partout ! Mais il existe bien sûr des solutions, notamment avec les produits à base de pyrèthre qui se révèlent être extrêmement efficaces, comme par exemple le Portable Nomade ou encore la Lanterne ThermaCELL, disponibles dans nombre de magasins spécialisés en jardinerie, tels que VillaVerde, Jardica, Castelli ( liste des points de vente: http://www.moustiquesolutions.com/blog/category/10-adresses-la-gamme-anti-moustiques-maison-jardin-est-disponible-dans-des-jardineries-bricolages-pharmacies). Une plateforme de vente en ligne est aussi mise à disposition du grand public: http://www.moustiquesolutions.com/.

Cependant le ministère de la Santé met en garde contre certains produits qui ne fonctionneraient pas : les bracelets anti-insectes pour se protéger des moustiques et des tiques ; les huiles essentielles dont la durée d'efficacité, généralement inférieure à 20 minutes, est insuffisante ; les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l'homéopathie, les raquettes électriques, les rubans, papiers et autocollants gluants sans insecticide. À bon entendeur !

<> le chiffre: 2 000 litres d'insecticide par jour.

 

<> Le produit: simple comme bio - l'entreprise qui démoustique à Montauban utilise un insecticide biologique : la bacillus Thuringiensis, c'est une bactérie qui va se fixer sur la larve et va l'empêcher de muter. Un produit plus respectueux de l'environnement puisqu'il ne va pas toucher les autres insectes. C'est l'insecticide biologique le plus répandu au monde.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.