Une question ?

Le moustique tigre est-il arrivé en Dordogne ?

Publié le 26/08/2015

Le moustique tigre est-il arrivé en Dordogne ?







Voilà un "bzzzz" qui fait du buzz ces jours-ci sur Internet. Sur les forums et les réseaux sociaux, des témoignages se multiplient, ceux de Périgourdins qui auraient aperçu - et pour la plupart écrasé dans la foulée - des moustiques tigres dans leur département, en particulier sur le secteur de Bergerac.

En début de semaine, "Sud Ouest Dordogne" a même reçu des photos de la part d'internautes que ces rencontres fortuites n'ont pas manqué d'interroger, voire d'inquiéter.

On savait l'insecte volant aux portes de la Dordogne au moins depuis le printemps dernier. On savait le département placé sous surveillance et que des pièges avaient été posés dans six de ses communes : Bergerac, La Bachellerie, Sourzac, Périgueux, Saint-Laurent-du-Manoire et Sarlat-la-Canéda.

Mais alors, est-il là ou pas, cet aedes albopictus ? A-t-il franchi les limites de la Gironde et du Lot-et-Garonne où sa présence est avérée depuis plusieurs mois ?

À l'EID Atlantique, l'établissement qui se charge de la surveillance des zones à risques en Aquitaine, on ne confirme rien pour le moment. D'autant moins que, selon le directeur technique et scientifique de l'EID, Sébastien Chouin, "aucune présence du moustique tigre n'a été enregistrée à ce jour dans les pièges mis en œuvre" dans le département de la Dordogne. Toutefois, il ajoute :

"Notre établissement reçoit actuellement de nombreux signalements de moustiques provenant de particuliers, dont certains sont en cours d'investigation par nos équipes pour authentification."

En attendant de connaître les résultats de ces recherches, Sébastien Chouin invite toute personne pensant avoir aperçu ledit moustique à le signaler via ce site dédié ou l'application iMoustique©.

"Le moustique tigre est un petit moustique (plus petit que les espèces locales), rapide et très agressif de jour en extérieur", rappelle-t-il. Principal vecteur de la dengue ou du chikungunya, il fait désormais partie des 10 espèces les plus invasives répertoriées au monde.

Il est reconnaissable à sa silhouette noire et à ses rayures blanches, sur l'abdomen et les pattes. Présent depuis des années en Asie, en Afrique, en Amérique et dans l'Océan Indien, il est implanté dans plusieurs départements français dont le Lot-et-Garonne depuis 2012.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.